02 51 32 01 94

Gros Plan sur l’Agence Dovimo à Lyon (Rhône)


Rencontre avec David Chavanoud – Agence Dovimo Lyon

« La gestion locative est devenue tellement technique qu’il faut des gens spécialisés. On va pouvoir sereinement faire grossir le portefeuille au fil des opportunités »


David-Chavanoux-portrait-vr-250 Gros Plan sur l'Agence Dovimo à Lyon (Rhône)C’est un « gone » qui nous reçoit aujourd’hui.
En effet, c’est dans cette belle vile de Lyon, sur les bords du Rhône, que David Chavanoud  a  créé l’agence immobilière Dovimo, sa toute première entreprise à l’aube de ses trente ans. Pas de rosette ni de quenelles lyonnaises au menu du jour. Plutôt une vision très personnelle de l’immobilier et de la gestion locative qui mélange digital, esprit d’innovation et de service, flexibilité et travail en équipe. Sans oublier les raisons qui l’ont poussé à externaliser sa gestion locative. La suite, c’est par ici…

 

Alors David, comment devient-on patron fondateur d’une agence immobilière à Lyon ?

C’est l’envie d’entreprendre tout simplement. A la base je ne suis pas du tout quelqu’un de l’immobilier. Après un diplôme d’ingénieur chimiste complété par un Mba (école de commerce), j’ai été salarié jusqu’à mes 30 ans. J’ai fait des choses très variées. Avant de monter l’agence, J’étais ingénieur dans le nucléaire chez Areva. Auparavant j’ai fait du recrutement.

Mais j’ai toujours eu envie d’entreprendre. Je voulais aller dans une activité / un métier ou on pouvait changer des choses, apporter de nouvelles méthodes de travail, notamment avec le numérique. J’ai donc décidé de monter ma première boite dans l’immobilier malgré mon peu de connaissance dans ce secteur. Et c’est ainsi que j’ai crée Dovimo le 1er janvier 2012, à 30 ans, pour vivre ma première expérience entrepreneuriale.

 

Comment aborde-t-on l’immobilier avec si peu d’expérience ?

C’est vrai, je n’avais jamais travaillé dans l’immobilier, et j’avais une vision assez lointaine de ce que c’était, hormis une expérience personnelle d’achat de mon appartement. Donc pas de connaissance concrète de ce métier, juste un vernis.

Mais j’avais  droit à la carte professionnelle du fait de mes études, et l’idée c’était de monter une société et essayer d’y apporter quelques innovations, de travailler avec des outils différents. Je n’avais d’ailleurs pas d’idée révolutionnaire sur le métier.

Et pendant 2 ans on a travaillé à 3 pour essayer différentes choses. Mais toujours avec une  approche très humble : on va essayer, on va voir. Certaines ont perduré, d’autres n’ont pas marché. Mais finalement nous avons trouvé un modèle différent qui fonctionne et qui nous est propre.

 

A ce jour, en quoi votre modèle se différencie t-il-du modèle courant ?

Dans les choses qui nous différencient beaucoup et qui ont perduré, les 2 choses principales sont le recrutement et la dématérialisation des processus grâce au numérique

  • Chez Dovimo le recrutement ne se fait qu’avec des personnes qui n’ont pas d’expérience dans l’immobilier. En effet, j’ai une vision plutôt critique du métier et de ses pratiques professionnelles. En matière de transaction, 100% des efforts des réseaux de franchise ou de mandataires portent sur les techniques commerciales, et très peu sur la valeur ajoutée apportée au client. La pure technique de vente, mettre la pression et appuyer la ou ça fait mal, ça n’est pas notre approche. Nous avons plutôt une approche projet. Qu’il s’agisse de vente ou d’achat, la première chose qu’on fait lorsque l’on voit un client, c’est une analyse de son projet. Nous conseillons le client pas seulement sur la vente mais sur toute la chaîne du projet. C’est pourquoi on a très rapidement intégré le courtage en crédit, qui est un élément essentiel. Mais on a aussi un partenariat avec  des sociétés de travaux qui nous font des devis. Un projet immobilier ce n’est pas uniquement passer une annonce sur le bon coin et le vendre. Comprendre le financement de son client, comprendre le timing de son projet, s’il y a  des travaux, avoir une idée précise de combien  ça va coûter, etc….  Tout ce réseau de partenariat on l’a mis en place. J’ai voulu faire grossir une équipe qui n’ait pas les réflexes classiques du métier car ça ne correspond pas à l’état d’esprit de l’agence. Notre  première différence c’est que l’on est structuré avec des agents commerciaux qui ont appris le métier chez nous et qui n’ont pas connu les techniques commerciales des agences  traditionnelles.

 

  • Chez Dovimo nous avons fait le choix d’avoir des processus 100% dématérialisés. On n’a pas de papier dans l’agence, et on a pas de bureaux physiques où l’on reçoit la clientèle. Nos espaces de travail sont des bureaux d’entreprise, pas des bureaux qui ont pignon sur rue. On travaille sur des ordinateurs. Tous les outils utilisés sont des outils en ligne ou des outils que chacun peut avoir sur son ordinateur personnel. En clientèle nous avons des ipad pour présenter les biens, pour prendre des informations. Ça va même jusqu’à la signature électronique, signature dématérialisée faite sur Ipad. On est progressivement passé au 100% dématérialisé.

 

Alors, la différence, ça marche ?

Oui, ça marche ! On est peut être moins bons pour aller chercher un mandat ou pour harponner un client. Mais on compense largement avec de bien meilleurs taux de transformation.

On a quasiment que des mandats simples et très peu d’exclusifs. Malgré cela on a tout de même un taux de transformation supérieur à 50%. Alors que pour ces mandats là, les confrères que je peux voir à Lyon ont un taux de transformation de 15% / 20%. On sait bien lorsque l’on rentre un mandat que, 9 fois sur 10, il n’est pas vendable en l’état. Il y a un travail dans le temps, de l’analyse à faire, des discussions avec le client pour qu’il se mette au prix du marché, etc… On est donc sur un métier un peu plus technique et un peu moins commercial.

J’ai aujourd’hui une jolie équipe de 7 agents commerciaux indépendants, dont certains sont là depuis le début. Les âges vont de 25 à 45 ans. Nos agents sont plutôt bien rémunérés avec 1 à 1,5 vente par mois et par personne.

Chacun a des outils pour trouver des mandats, des outils pour faire de la pige et du phoning. On a un outil interne pour faire de la prospection terrain et suivre les informations. Après c’est à chacun de créer son réseau pour s’ouvrir des portes et se faciliter la vie, mais ils peuvent faire ce métier en commençant de rien, sans avoir un réseau long comme le bras.

Dovimo est un modèle intermédiaire entre l’agence traditionnelle et le réseau de mandataire. Il offre la flexibilité du réseau de mandataire avec la possibilité de travailler ensemble et en équipe sur des projets. Notre modèle est à présent stabilisé et plutôt abouti. Il permet à tous nos agents commerciaux de vivre sereinement et à l’agence de se développer tranquillement.

 

Est-ce qu’à 45 ans on est aussi ouvert à l’informatique qu’à 25 ?

De toute façon ils n’ont pas le choix (rires). Et pour le coup celui de 45ans c’était peut être le plus ouvert à l’informatique de toute l’équipe. Celui qui a eu le plus de mal n’est pas forcément un des plus âgés. Évidemment aucun problème avec les moins de 30 ans qui sont « vissés » à leur Smartphone.

Après, ça dépend vraiment des appétences. L’accès aux outils informatiques n’est vraiment pas un frein. Le seul frein pour rester dans le métier, c’est d’avoir un minimum d’appétence pour la fonction commerciale, savoir aller rencontrer des clients, y consacrer du temps et de l’énergie, surtout au début.

       

Vous avez choisi d’externaliser votre portefeuille locatif. Pour quelles raisons ?

Dans le souci d’être complet dans la palette de prestations pour les investisseurs, il faut être capable de les accompagner sur la location des biens et sur la gestion.

Dans un premier temps j’ai créé une petite entité au sein de l’agence pour faire de la gestion et de la location. La location c’était assez simple parce que les processus sont quand même très proches de la transaction immobilière. Donc ça se faisait bien.

Par contre  la gestion c’est quand même un métier en soi, et à moins d’avoir une personne spécialisée ou d’être vraiment dimensionné pour le faire, c’est quand même très compliqué.

J’ai tourné pendant 1 an et demi en faisant tout moi-même car on avait très peu d’activité. Mais du coup, à cause de cette complexité et du temps passé, je freinais vraiment pour prendre les dossiers et je ne prenais les mandats de gestion que pour les bons clients. Je ne voulais pas m’occuper de faire de la gestion en volume car ce n’est pas mon métier.

On a commencé à avoir un petit portefeuille de gestion d’une dizaine de lots. C’est  la que je me suis rapproché de Ma Gestion Locative. On s’est rencontré sur le salon Rent en 2015. En janvier 2016 j’ai annoncé le transfert à mes clients pour juillet. C’est comme ça qu’on a basculé. Ça s’est fait petit à petit. Et depuis le 1er juillet on a l’ensemble de notre portefeuille, tout à fait modeste pour l’instant, qui est externalisé auprès de la plateforme de Ma gestion Locative.

 

Comment s’est passé le transfert de vos lots ?

Travailler avec Ma Gestion Locative, ça n’a pas été trop compliqué à mettre en place. On a mis quelques mois pour se roder. Après on ne s’occupe plus de grand-chose. Une fois que c’est en place ça tourne et ça ne demande plus de gros efforts à être maintenu. Ça fait de la clientèle qui est satisfaite, pour peu d’effort en face.

 

Avez-vous finalement trouvé votre compte dans cette mise en nourrice ?

Oui bien sur. J’y ai trouvé plusieurs avantages.

La gestion locative est une activité annexe pour nous, mais devenue tellement technique avec tellement de contraintes qu’il faut des gens spécialisés quoi !  La ou moi je passais des  heures à gérer un problème, eux ils font ça en une demi-heure parce qu’ils ont l’habitude et qu’ils l’ont déjà vu 25 fois. Le fait d’avoir des pros qui tiennent la route et dont c’est le métier. Ça c’est parfait

Comme déjà dit ça fait de la clientèle qui est satisfaite, pour peu d’effort en face.

L’autre avantage c’est que maintenant on sait qu’on peut proposer de la gestion sans que j’aie des sueurs froides dans le dos en me disant oh la la ! il va falloir que je gère ce dossier qui ne va pas me plaire. Je sais qu’il y a des gens qui vont pouvoir le gérer derrière. Ça nous permet donc de prendre les dossiers sans inquiétude. Et maintenant on va pouvoir faire grossir le portefeuille au fil des rencontres et des opportunités qui se présentent chez nous

On n’a certes pas encore passé la phase de la mise en avant. C’est encore neuf chez nous. Mais ça va probablement venir.

Pour l’instant nous sommes centrés sur la transaction car une agence de transaction gagne beaucoup plus d’argent sur la transaction que sur un mandat de gestion. Les mandats de gestion qu’on va prendre sont bien sur des clients potentiels de la transaction a terme. Et même s’ils ne le sont pas, ça fait des clients satisfaits qui parlent de nous, des gens qui restent dans notre périmètre.

Et même si sans travailler avec eux  on peut leur apporter des services autres, de la location, du courtage en crédit, et donner des coups de main, ça nous bénéficie en diffusant une bonne image de  nous et de professionnel complet. Ça c’est très important !

 

Pour en savoir plus sur l’agence Dovimo à Lyon

logo-dovimo-location-gestion-lyon Gros Plan sur l'Agence Dovimo à Lyon (Rhône)
DOVIMO
4 Quai Jean Moulin
69001 Lyon
04 20 88 00 59
Métro : Hotel de Ville
Du lundi au samedi de  9h00 à 13 h00
contact@dovimo.fr 


Avec le blog Ma Gestion Locative, restez connecté en permanence à l’actualité juridique et commerciale de la location !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabrice Houlé
 
Entrepreneur,
agent immobilier de terrain,
commerçant et formateur.
 

En savoir plus sur Fabrice Houlé>>

Soyez informés en premier !
Nous suivre

« Je ne fais pas de location. »

Ne laissez plus partir les clients.
Démarrez votre activité de location et générez rapidement du chiffre d’affaire.
Constituez-vous un portefeuille.

Nous vous montrons comment

À propos de ce blog

Ce blog est destiné aux personnes qui s'intéressent à l'immobilier locatif et principalement aux professionnels de l’immobilier .

Pour en savoir plus sur ce blog >>